TourDeJeu, le réseau des jeux en ligne alternatifs : jeux web, casual MMOs, jeux par forum ou par e-mail. En savoir +
En ligne : + de 1400 jeux, + de 5000 news, + de 20000 commentaires
 

Recherche de jeu par critères - Un jeu au hasard !

Tag - social games

Fil des billets - Fil des commentaires

WebGameConference 2012, le non-CR avec du CR dedans quand même

Posté le lundi 25 juin 2012 par Oelita, rubrique Pour les MJ

Pas de compte-rendu détaillé de ma part cette année, pour la 3ème édition de la Webgame Conference, car je n'y étais pas. J'ai un peu suivi le livetweet qui a eu lieu l'après-midi, cependant. Cela parlait toujours et surtout gros sous, monétisation, fidélisation des joueurs qui achètent, etc.

Vous pourrez cependant trouver un mini CR sur ce blog-là (mini car il n'a pas assisté à tous les ateliers, en particulier pas à celui de Facebook). J'en retiens :

Les micro-transactions (ventes d'objets et bonus ingame) demeurant le moyen de monétisation principal.

ERepublik indique qu'en moyenne, il leur faut 6 mois avant de convertir un joueur au payant.

Un autre CR complémentaire est en ligne sur Clubic, qui se pose la question du "Qui est le social gamer ?".

Le social gamer s'est énormément rapproché du mobile ces dernières années.

Il existe des joueurs hardcore même pour les jeux Zynga. Souvent, un hardcore gamer va se focaliser sur un seul jeu. C'est aussi le cas pour les jeux sur Facebook.

Moui, je ne vois pas la définition d'un hardcore gamer comme ça, personnellement, mais bon... D'ailleurs, la suite dit que "ce genre de joueur est appelé «Whale», ou «Baleine», à savoir des joueurs actifs qui consomment et motivent les autres à faire de même. Un terme également employé dans d'autres milieux, comme les casinos...". Ça veut tout dire, non ?

D'ailleurs, que penser de cette affirmation concernant le placement de marques dans les jeux (pour remplacer la publicité qui ne plaît pas aux joueurs) : " Il faut comprendre qu'un jeu avec un marque, c'est un advergame, tandis qu'un jeu avec 6 marques… c'est juste un jeu.". Moui moui moui...

Autre affirmation : "La cible privilégiée est majoritairement féminine, car les femmes partagent plus, socialement". Les ados sont peu ciblés car ils ont peu d'argent... mais les plus jeunes sont intéressants, car ce sont alors les parents qui paient (donc il faut plaire aux parents plutôt qu'aux enfants, dans ce cas ?).

Des videos de la conference sont en ligne officiellement chez DailyMotion. Vous pouvez également consulter les tweets sur le sujet.

Pour ma part, si je n'y suis pas allée, c'est que je suis focalisée sur mon nouveau projet autour de l'organisation du quotidien, et de la gestion de listes en tous genres. Rien à voir avec les jeux en ligne, on est d'accord. Pour les curieux, c'est sur ListoLabo. Et finalement, la monétisation et la fidélisation sont donc des sujets qui vont me préoccuper pour les mois à venir ! mais pas sur TourdeJeu.

WebGame Conference 2011, le compte-rendu 2ème partie

Posté le mardi 24 mai 2011 par Oelita, rubrique Pour les MJ

Voici la 2ème partie de mon compte-rendu. Vous pouvez retrouver la première partie ici. Moins de tables rondes, moins de développeurs de jeux dans cette seconde partie, malheureusement.

Keynote de Nicolas Gaume sur le Social Storytelling

N. Gaume, outre son investissement dans le SNJV (co-organisateur de la conférence), est le directeur de Mimesis Republic, qui vient de lancer un univers virtuel 3D s'appuyant sur les réseaux sociaux, Mamba Nation.
Sa présentation parlait de l'évolution des notions d'histoires, de personnages, d'avatars et de jeux, en liaison avec les réseaux sociaux. Le tout était assez confus (à mon goût) et je n'ai pas bien compris où il voulait en venir... Je n'ai pas trouvé de version online de cette présentation,juste la photo ci-dessous postée sur Twitter. Ce que j'en ai noté :

Une histoire, ce sont des règles, des conflits et des personnages. On est passé du super héros des 50s à l'anti-héros des 80s, puis au "le héros, c'est moi" des années 2000.  Que devient l'histoire dans tout ça ? On la crée et l'incarne, comme dans les Sims ? Le jeu video donne de l'expérience et de la virtuosité au joueur. Le Storytelling donne de l'empathie et de l'immersion.
Quid des jeux multi-joueurs ? Dans les Mmorpg, on a du PvE qui est du "ensemble mais seul", et du PvP qui est du "ensemble ensemble" où les autres doivent être combattus. Dans les mondes virtuels, les personnages sont moins typés (pas de guerrier, magicien... ) et les relations entre joueurs peuvent facilement tomber dans la romance ou le sexe.
Sur Facebook, nous sommes multiples en fonction de notre entourage (amis, amours, famille, collègues... ). On devrait représenter cela par des avatars différents. Il faut passer du game design au social design.

(voila, voila)

Pause déjeuner

J'ai rediscuté avec Welldone, qui m'a présenté son jeu sur Facebook : Color party, édité par Weka. A tester !
Nos avons ensuite fait la rencontre d'une personne de chez Allopass. J'ai été surprise, je l'avoue : elle connaît TourdeJeu ! "Oui, bien sûr, c'est un annuaire de jeux ; je l'utilise pour prospecter ! Il y a également un forum où je peux suivre les tendances." Il faudra que je pense à créer une newsletter pour les pros, présentant les nouveautés et tendances du jeu en ligne alternatif, tiens, c'est peut-être une niche à creuser ! :-)

Construire et monétiser son jeu sur Facebook

Ce n'était pas une table ronde, mais une intervention en direct du responsable Partenaires Europe de chez Facebook, Julien Codorniou. Pas de débat ici, donc, mais quelques messages et annonces assez "officiels".

Cela commence par le rappel que la plus grande plateforme de jeux est Facebook, rappel assorti de quelques chiffres faramineux. Le jeu a été le premier secteur à vivre sur l’écosystème FB. Les prochains seront le e-commerce et les media. Cependant, les jeux les plus populaires ne sont pas les "meilleurs" jeux. Les possibilités offertes par FB sont sous-utilisées par les jeux actuels. FB désire encourager les bons jeux (pas de définition de ce qu'est un "bon" jeu), surtout ceux développés par de plus petites entreprises que les géants actuels. Ne pas hésiter à les contacter...
Il profite de cette conférence pour faire une annonce qui est une bonne nouvelle pour les développeurs de social games : la viralité va revenir prochainement sur FB ! Dans les prochaines semaines, de nouveaux outils et de nouvelles fonctions de viralité seront à la disposition des "bons" développeur de jeux. (pas plus de détails sur ces outils). 

Question : quel conseil donneriez-vous pour être le prochain Zynga ? Zynga n'est pas une entreprise de jeux, c'est une entreprise de BI (Business Intelligence : analyse de données et marketing... ). En France,  Weka ou Kobojo sont de bonnes entreprises de jeux. Pensez à l'engagement (cf la session de la 1ère partie sur l'acquisition de joueurs). La France possède une vraie expertise du jeu vidéo, il faut l'utiliser ! Reprenez les vieux jeux des années 80, les vieilles licences (comme Shufflepuck Cafe (mais ce n'est pas français ?), les jeux de Titus... ) et portez-les sur Facebook, ça cartonnera ! 
Rappel : au 1er juillet, la seule monnaie utilisable sur Facebook sera celles des FB Credits ! C'est très important, ce sera aussi utilisé pour le e-commerce, pour tout ce qui va venir sur FB. Développeurs, mettez-vous à jour rapidement, vous avez dû recevoir des mails d'informations à ce sujet...  Pour les jeux qui ne sont pas directement sur FB, pensez à utiliser FB Connect pour le login des joueurs, c'est un vrai système de SSO (single sign on), qui évite la difficulté de la gestion des inscriptions...
De nouveaux partenaires certifiés FB sont en train d'arriver en France ; des événements officiels dédiés aux développeurs arrivent ; ils ont créé une communauté des développeurs français sur FB, n'hésitez pas à participer. (Je l'ai trouvée ! Elle est ici : Facebook French Developers Community).

Dernier rappel en partant : reprenez vos jeux français des années 80 ! (il semble y tenir très fort).

Stratégies CrossMedia

Les intervenants nous ont présenté leurs activité dans le domaine du CrossMedia. Visiware développe des casual games sur CanalSat et Numericable, des jeux souvent d'argent, des jeux en liaison avec  la télévision. M6 possède le site jeuvxideos.fr, édite des jeux, est l'éditeur français de Habbo, a créé un jeu sur Topchef, un autre sur Pekin expres, un sur TaraDuncan (avec Feerik). Orange distribue des jeux sur pc, sur mobile, et l'année prochaine sur télévision.

Orange cherche des jeux multi-plateformes à distribuer : où l'on puisse jouer alternativement sur pc, mobile, télé. Cela n'existe pas vraiment pour le moment, disent-ils. M6 indique qu'il a fait le meme jeu Topchef sur pc et sur iPhone, mais cela n'a pas trop pris sur iPhone, car ce n'est pas la même cible.
Visiware lance des émissions télé interactives avec Endemol aux USA et dans d'autres pays (cela arrivera en France fin juillet). Les serveurs doivent être super "scalable" et fiables, car ils enregistrent beaucoup de connexions en même temps. Les stats indiquent que 60% des téléspectateurs utilisent un PC, mobile ou autre smartphone en même temps qu'ils regardent la télé, c'est important de trouver des synergies, d'utiliser ce "dualscreen" (et du coup, de ramener les jeunes vers la télé, comme avec xFactor et son application FanFactor sur le web actuellement, ajoute M6).
Orange signale que Detective avenue est une webserie ET  un jeu.  Le plus gros problème n'est pas technique (et pas la charge des serveurs... ), mais de capter l'audience : il faut une bonne histoire !! Aujourd'hui, le monde entier joue, hommes, femmes, enfants, des tous âges. Il faut développer les jeux mobiles pour toutes les audiences (même en Egypte, 50% des joueurs sur mobile sont des femmes).
Visiware pense que c'est une erreur de vouloir faire le même jeu sur télé et sur mobile : le game design ne doit pas être le même.

Le marché asiatique

Je n'ai pas assisté à cette présentation, mais elle a été publiée par son auteur Benjamin Joffe sur Slideshare.

Nouvelles technos web

Ici aussi, des intervenants nous ont présenté leur activité...
Spawnapps propose de porter une application pc dans un navigateur web, à la façon de youtube avec la video. Cela s'exécute côté client (ce n'est pas du cloud gaming). Ils affirment que d'ici 3 ans, plus personne ne téléchargera d'applications sur son ordinateur. La licence est payante pour l'éditeur, et de la publicité s'affiche pendant le chargement de l'application.
Unity propose une plateforme et un moteur de développement de jeu permettant ensuite de jouer sur diverses plateformes (offre payante et mode freemium).
Mxp4 crée des "social music games" : ils extraient des infos (rythmes, tons) des MP3, puis offrent des jeux de type (pour le moment) tetris ou pacman qui s'appuient sur ces données pour permettre de jouer réellement avec la musique.

Ici se termine cette journée de conférence. A l'année prochaine !

WebGame Conference 2011, le compte-rendu 1ère partie

Posté le lundi 23 mai 2011 par Oelita, rubrique Pour les MJ

J'étais présente pour cette nouvelle édition de la WebGame Conference (hashtag #wgc11 sur Twitter). Comme l'an dernier, en voici un compte-rendu !

En arrivant, j'ai pu retrouver de vieilles connaissances de TourdeJeu que je vous présente toujours sous leurs pseudos d'époque : Welldone d'Asyncron Games, toujours bien actif, et Jerem cofondateur par le passé de La Fédé (qui s'occupe aujourd'hui de monétisation de sites web). J'ai brièvement croisé par la suite Wax et Nonothehobbit (un ancien de Ideo) de 3D duo.

3 tables rondes et 1 keynote le matin ; 1 session spéciale Facebook, 1 keynote et 2 tables rondes l'après-midi. En dehors des 2 keynotes, l'écran au-dessus de la scène n'affichait que les tweets  #wgc11, par le biais desquels on pouvait poser des questions. En pratique, cela apportait très peu, et les intervenants n'étaient pas toujours très clairs sans aucun support derrière eux (pour tout ce qui est chiffres par exemple, surtout avec l'accent terrible de certain ; rappelons que toute la conférence se tient en anglais). Un peu dommage. Passons directement aux différentes sessions thématiques !

Multi-plateformes

J'ai loupé le début de la session, c'est ça de retrouver des anciens ! Je suis arrivée au moment où il se disait que l'iPad est un marché trop petit pour le free to play. Trop "ordi", et pas assez outil personnel (contrairement à l'iPhone).
La future plate-forme ? On va jouer partout, pas spécialement sur une machine ou une autre. Les jeux qui ont le plus de succès sont finalement des jeux très simples techniquement, des "cheap games". Donc les futures technos élaborées intéressent peu les acteurs de ce secteur.
La discussion a ensuite dérivé sur le terme de "social games" : les jeux sont "social" par définition (hum, beaucoup de jeux vidéo sont mono-utilisateur quand même !) et ce qui est vraiment nouveau, c'est de jouer avec ses proches (ah ??) grâce au réseau social existant (Facebook) et au gameplay asynchrone supprimant la contrainte du "je dois me connecter en même temps que mes potes" (les jeux alternatifs l'avaient découvert depuis longtemps, ça).
Quid du HTML5 ? c'est prometteur, et adéquat pour le vrai multi-plateforme, mais le JavaScript manque d'environnement de développement complet permettant d'être aussi productif qu'avec d'autres langages (pas de compilateur ni débogueur). C'est plus facile d'y passer si on vient d'un jeu Facebook, moins facile si on vient du mobile. Les animateurs ont l'habitude et les outils pour faire du Flash encore un bon moment.

Acquisition de joueurs

Intervenants de Kobojo, Weka, Prizee, Mediastay et Hi-Media (Allopass).

Kobojo et Weka sont d'accord sur un point important : il est bien plus difficile de retenir les joueurs que de les faire venir. Il faut surtout se focaliser sur l'engagement (au lieu du one-shot). Weka fait remarquer que suite aux changements de règles de Facebook en mars 2010, diminuant fortement la viralité des jeux, ils ont beaucoup perdu en visites, mais au final, pas en joueurs de "qualité".
Pour Prizee, il faut beaucoup de nouveautés, de contenus  et des gains à la clé pour attirer des joueurs au départ, et en fidéliser certains (Prizee a fondé son système sur les gains, donc forcément... ). . Certains de leurs joueurs jouent depuis 7 ou 8 ans. Prizee a développé son propre outil d'analyse et de stats sur les joueurs et leur activité, afin de définir des critères maison, permettant de calculer une rentabilité prédictive des joueurs... Le taux de conversion n'évolue plus au bout de 6 mois de jeu.
Mediastay achète du trafic par emailing, par affiliation, par publicité, avec calcul de ROI sur chaque mode d'acquisition. Ils tracent et mesurent ensuite l'engagement des joueurs pour s'adapter. Le plus efficace reste les campagnes d'emailing, car c'est le plus direct, avec des offres personnalisées, et à durée limitée. Pour améliorer leur taux de conversion, ils travaillent classiquement sur les formulaires d'achat, du A/B testing, etc. 


Quel est leur business model ? Kobojo dit que la publicité rapporte assez bien en France, mais moins à l'international, où il vaut mieux se baser sur les micro-transactions. Weka soutient le mode freemium si le design est fait pour ça  : c'est plus efficace que l'abonnement car il n'y a pas de barrière d'entrée. Mais il faut vite les "attraper" car ce ne sont pas des joueurs forcément très impliqués.
Hi-media (opérateur de publicité et plateforme de paiement) rappelle qu'il y a 10 ans, et même 5 ans, la concurrence était nettement moins forte que les  coûts d'acquisition était alors plus faibles (il vise les éditeurs précédents, qui se sont installés il y a quelques années). De plus, les revenus ont baissé car les frais sur les micro-paiements sont plus élevés que pour de la transaction classique (abonnements). Il faut donc augmenter les frais marketing (forcément !). Surtout en Angleterre et en Allemagne, beaucoup plus concurrentiels actuellement que la France et les autres pays d'Europe du Sud (il paraît que la France, culturellement, est plutôt un pays du Sud). Il faut de plus en plus passer par les grandes plateformes (FB, Amazon, Google, Apple..) qui fixent leurs règles et leurs coûts.
Kobojo fait remarquer sur Facebook est people-centric, et non intention-centric comme un moteur de recherche Google. On peut identifier des niches, mais il est difficile de relier précisément les envies de jeux et les critères démographiques. On peut au moins tenter de faire du "local" (langues, mais aussi options différentes selon les pays).

Question : si vous deviez démarrer maintenant, que feriez-vous ? Weka : travailler sur l'engagement, et non sur l'acquisition. Prizee : éviter les niches trop concurrentielles, et viser le futur (être dans les premiers acteurs d'un nouveau marché).
Question : le parrainage de joueurs est-il efficace ? Attirer des joueurs avec des bonus ou des avantages ne marche pas trop pour les garder sur la durée. Pour le freemium, il faut des avantages pour ceux qui paient, mais c'est un point très difficile de trouver l'équilibre ludique, pour ne pas faire fuir ceux qui ne paient pas encore. Au niveau rentabilité, il faut cependant avantager ceux qui paient vs ceux qui passent du temps à jouer... mais cela présente le risque non négligeable de détruire la communauté (transition sur l'atelier suivant !).

Community Management

Intervenants : AntVoice, Owlient , Feerik
Aparté en préambule : Cette table ronde aborde un sujet à mon sens primordial, mais très vaste. C'est effectivement parti dans tous les sens. J'ai apprécié les interventions de Owlient et Feerik qui ont des communautés "classiques" (utilisant des forums, car ils ne font pas de jeux facebook, enfin je crois), contrairement à Antvoice qui parlait plutôt de support et de relation client, et de Facebook.

Au début d'un jeu, la relation avec les joueurs est essentiellement du support. Rapidement, il faut cependant passer au niveau supérieur, et mieux connaître la communauté. Surtout pour les audiences de filles, méconnues par les dev au départ... (eeeeh oui !). Les 3 éditeurs présents ont un public en majorité féminin, donc ils ont recruté des filles pour faire du CM (Community Management).
La modération des forums est rigoureusement indispensable. Faire du CM qui aille plus loin est plus délicat et plus rare. Est-ce une bonne idée de recruter parmi les joueurs eux-mêmes ? Il est certains qu'ils connaissent très bien le jeu, et surtout d'un point de vue de joueur assidu, qui pratique plusieurs heures par jour, parfois, contrairement aux développeurs. Mais il est aussi nécessaire de prendre un peu de distance avec cette vision de passionné, souvent trop court-terme. C'est à l'éditeur de maintenir sa roadmap, ses objectifs.
Pour recruter un CM, la formation importe assez peu, c'est avant tout l'expérience qui compte (cela peut être dans des domaines autres que ludique). C'est un poste important à long-terme, donc il faut des gens en interne (et pas des stagiaires, non plus... ).

La discussion avec les joueurs se fait là où sont les joueurs : sur facebook pour les social games, dans le jeu lui-même quand c'est possible, sur des forums...Le CM doit accepter que la communauté dérive du sujet du jeu lui-même vers tout et n'importe quoi (enfin, presque). Écoutez  votre communauté, elle peut faire changer les choses, en faire émerger que l'on n'avait pas envisagées. Les "power users", les meneurs naturels et les plus actifs doivent être clairement identifiés, et servir de relais, car on ne peut pas discuter avec tout le monde. La plupart des éditeurs élisent ainsi des modos ou des "ambassadeurs", et forment un groupe privé avec eux, où ils vont leur proposer de bêta-tester, de co-créer, de répondre à des sondages (pour le choix d'une nouvelle icône, par exemple)... 100 à 200 ambassadeurs pour AntVoice, et 1000 fans bêta-testeurs pour les nouvelles versions. Le bêta-test est une très bonne idée non seulement pour déboguer le jeu, mais aussi avoir un feedback, puis avoir des gens qui vont convaincre les autres que la nouvelle fonctionnalité est cool. 

Attention à garder en tête que les forumeurs ne représentent pas TOUS les joueurs, mais juste une partie (minoritaire) des joueurs. Et qu'ils ont l'habitude de beaucoup râler beaucoup, c'est normal. Voire de polémiquer sans fin. Si un joueur se plaint tout le temps, impliquez-le dans le beta-test et faites-en un ambassadeur. Si on donne des pouvoirs à des modérateurs, il faut bien fixer les règles et les devoirs, attention ! Un modo incontrôlé peut faire des dégâts.

Question : quid des indicateurs ? (metrics, KPI). Bof, comment mesurer le moral et la satisfaction d'une communité, répond Owlient ? Il convient de suivre des indicateurs simples assez évidents : le nombre de joueurs actifs, d'inscriptions, les revenus... Après, on peut avoir quelques indicateurs très spécifiques selon le jeu.
Question sur l'international : ce n'est pas seulement une différence de langue mais aussi de culture. AntVoice utilise certaines icônes un peu sexy, et c'est à éviter aux USA, mais super bien accueilli en Italie. Il faut des gens de chaque pays pour gérer ce genre de choses, on ne peut pas tout savoir si on n'est pas "sur-place". Owlient indique qu'ils ont eu des soucis aux USA non seulement sur des questions plutôt évidentes comme l'avortement (des chevaux, dans un élevage), mais aussi sur la consanguinité des chevaux.
Question sur l'organisation de rencontres IRL : les joueurs aiment voir les admins et les modos aux salons, ils leur apportent souvent des cadeaux ! Pour les rencontres entre joueurs, ce sont souvent les joueurs qui organisent, qui se soutiennent mutuellement. Owlient a déjà organisé une rencontre simultanée dans 15 ou 16 villes/pays différents.
Question sur la triche et le bannissement : le bannissement est en lien essentiel avec des règles de modération de discussions. Pour la triche (bots, scripts), c'est assez inévitable, il vaut mieux en prendre connaissance via la communauté, et mettre en place des protections logicielles ou changer des règles trop propices aux abus, que se lancer dans une chasse aux IP ou autres.

(suite dans un autre billet !)

WebGame Conference 2011, TourdeJeu y sera !

Posté le mercredi 27 avril 2011 par Oelita, rubrique Pour les MJ

Après la première édition de 2010, dont je vous ai fait un compte-rendu détaillé en 2 parties, l'édition 2011 aura lieu le 19 mai prochain. C'est toujours au Pôle Léonard de Vinci à la Défense. L'organisateur est le SNJV, le Syndicat National du Jeu Video.

C'est en anglais, c'est 100 euros le ticket d'entrée (il y avait un tarif réduit jusqu'au 15 avril, mais c'est trop tard), et c'est un très bon endroit pour rencontrer plein de gens du métier. Les conférences étaient de bonne qualité l'année dernière, et vous pouvez consulter l'agenda de celles prévues cette année. 

Les sujets abordent des thèmes à la mode, comme celui du community management, du crossmedia, de la vente de biens virtuels. C'est certain, c'est très orienté social games (ainsi que jeux sur mobile), et il y aura d'ailleurs une conférence "Working with Facebook" avec Facebook eux-mêmes.

J'y serai.

Social games et jeux multi-joueurs : quels mécanismes ?

Posté le mercredi 30 mars 2011 par Oelita, rubrique Sur le Web

Voici un article assez riche, en anglais, sur le blog Inside social games, sur le thème des mécanismes de jeu multijoueurs. Cet article est fait en réponse à une présentation de la conférence GDC de San Francisco par un designer de chez Playdom. Présentation de 190 slides qui présente 40 mécanismes de jeu, rien que ça. J'avoue ne pas avoir encore vraiment plongé dans cette prez ! 

L'article s'éloigne d'abord des 40 mécanismes de base pour se focaliser sur les types de jeux :

  • A single player game is a game that a player plays against a game system alone.
  • A parallel game is a variant of single play, allowing single players to mildly assist each other.
  • A cooperative game is a team variant of single play which allows players to majorly assist each other.
  • A multiplayer game is a game in which players (or teams) oppose one another in short bursts.
  • A tournament game is a game in which players (or teams) oppose each other over extended periods.

Il reprend donc la notion de "parallel game" de la prez, pour distinguer le social game le plus courant du jeu en solo pur et dur, tout en reconnaissant que chacun joue de son côté, en s'entraidant ponctuellement. Il réserve alors le terme de multijoueur aux jeux où les joueurs s'opposent de façon directe, comme le poker (on ne parle que de jeux facebook, je le rappelle).

Jusque-là, ça me paraît assez juste. C'est après que ça se complique un peu.

D'abord, il parle de jeux coopératif, et se plaint de leur rareté. Ca va plaire à YeDo, ça ;-). Le point qui m'embête est qu'il évoque une assistance poussée entre les joueurs, mais n'évoque pas la notion pourtant essentielle d'objectif commun ! Bon... mais surtout, il ne croit pas à ce type de jeux sur réseau social car ce ne serait que peu compatible avec l'asynchronicité : "deep collaboration between players pretty much requires synchrony". Hmmm, tous nos jeux alternatifs ne permettraient donc pas de collaboration entre joueurs ?

C'est à ce moment-là que je me suis quasiment arrêtée de lire pour venir vous présenter tout ça !

J'ai quand même été lire aussi la fin de l'article, qui dit que tout ça ne sert à rien, car Facebook est un outil moisi qui ne favorise ni la coopération entre les gen,s ni l'émergence de petits jeux innovants. Ce n'est certes pas l'usage courant qui en est fait pour le moment, mais ne confondons pas outil et usage...

PS : ci-dessous la liste des 40 mécanismes présentés

Propulsé par Dotclear