TourDeJeu, le réseau des jeux en ligne alternatifs : jeux web multijoueurs, jeux par forum. En savoir +
En ligne : 515 jeux, 7177 news, 26754 commentaires
 

Recherche de jeu par critères - Un jeu au hasard !



Les Royaumes Renaissants

actif
Catégorie : Jeux de conquête/aventure, Action-RPG
Ambiance : Historique
Description : Bienvenue sur le site des Royaumes Renaissants ! On négocie le prix de son blé, on trait ses vaches, on renverse le Comte et on finit complètement saoul à la taverne. La vie tranquille au Moyen-Age.


Accès au jeu : Les Royaumes Renaissants


Notes données par les joueurs :
Richesse (qualité de l'univers, nombre d'options de jeu, originalité) : 4.02 / 5
Jouabilité (prise en main, apprentissage, fiabilité, organisation, outils) : 3.98 / 5
Ambiance (roleplay, animation, interactions) : 3.83 / 5
pour 52 votes - Noter et commenter

Profil de Kenedor pour Les Royaumes Renaissants

Profil créé le 23-06-2012 - mis à jour le 23-06-2012

Kenedor

Pas d'avatar

Statut d'activité Inactif
Expérience Passionné
Classement / niveau 2
Guilde / alliance

Les Royaumes Renaissants ont été ma première expérience de jeu par navigateur, et j'ai commencé dès son ouverture ou presque. En effet, lorsque je me suis inscrit pour la toute première fois, le jeu ne dépassait pas les cinq cents joueurs. A l'époque, seul le Comté d'Artois existait, et je faisais alors la navette entre Varennes et Sainte-Ménéhould pour faire de la spéculation (à l'époque autorisée) en vendant des fruits ou du poisson à des prix exorbitants.

Plusieurs fois, je me suis désinscrit et réinscrit, dans des lieux différents en général. C'est ainsi que je me suis d'abord retrouvé en Savoie, au sein d'une obscure guilde, qui avait pour but de prendre le contrôle du Duché. Malgré des alliances (douteuses) avec d'autres organisations, le projet a avorté.

Puis je me suis retrouvé à Toul, en Lorraine. Il faut croire que j'aime les brebis galeuses, car je me suis lancé dans un parti sans avenir pour être élu au conseil du Duché. En général, seuls un ou deux membres de notre parti accédaient à un poste, mineur qui plus est.

A chaque tentative, j'ai atteint des niveaux de jeu différents, allant jusqu'au niveau 2, me faisant forgeron.

Si dans ses débuts, les Royaumes Renaissants était un jeu passionnant et très riche en possibilités, je ne serais pas aussi élogieux aujourd'hui. Plusieurs défauts particuliers m'empêchent aujourd'hui d'y revenir.

Le premier est le système économique : en effet, celui-ci ne me semble pas adapté au nombre de joueurs actuel. Dès le niveau 1, on produit des denrées dans le jeu (en étant éleveur, agriculteur...). Chaque joueur de niveau supérieur à 1 pouvant produire plus que ce qu'il ne consomme, on débouche rapidement sur une surproduction qui paralyse les marchés.
Ce qui ne pose en soi pas de problème, puisque chacun produit ce dont il a besoin pour vivre, mais cela tue néanmoins toute la dimension commerciale : non seulement, chaque joueur dans son village a du mal à vendre, mais les marchands ambulants sont très mal vus, étant donné qu'ils n'apportent aucune solution.

A mon sens, un moyen de soulager la surproduction aurait été d'empêcher les niveaux autres que 1 de produire des matières premières. Mais il aurait alors fallu revoir la manière dont les métiers fonctionnent.

Un autre très gros défaut du jeu est la tendance des joueurs à transposer leur vie réelle dans le jeu. A mon sens, un jeu est justement le moyen de se libérer des règles du monde réel pour pouvoir jouir d'une liberté permise par le monde virtuelle.
Or quel ne fut pas mon étonnement, lorsque j'ai par exemple essayé de m'impliquer en politique : on m'a envoyé sur un des innombrables forums annexes, en m'indiquant de prendre connaissance de la législation du Duché. J'ai alors eu droit à des quantités impressionnantes de documents ressemblants à des extraits du code civil... On m'a plus tard expliqué que la plupart des lois du Duché avaient été rédigées par de réels juristes et étudiants en droit, qui avaient été ravis de mettre en pratique leurs compétences dans le jeu.
Ce n'est qu'un exemple, mais je le trouve très révélateur, et généralisable.

Enfin, le dernier point que je reproche au jeu est la difficulté d'évolution. En effet, les gens restant longtemps, les postes sont tous pris, et on doit faire face à un bouchon total dans les responsabilités. Et s'il est toujours possible de faire concurrence à un maire, c'est en général peine perdue tant qu'il ne part pas, l'avis des gens ne changeant pas si facilement.
Je modère toutefois ce dernier point, car peut-être n'ai-je été qu'incompétent dans mes tentatives d'implications et de prises de responsabilité. D'un autre côté, je n'allais pas m'emmerder à apprendre les articles d'un code pénal fictif non plus...

Voilà les raisons de ma déception. Les Royaumes Renaissants, c'est trop : trop de monde, trop de production, trop de règles, trop de réalité, trop d'opacité. C'est aussi trop peu : trop peu de liberté, trop peu de perspective, trop peu d'évolution. Loin d'être immergé dans un univers différent où je peux exercer pleinement ma liberté d'action, je me sens plongé dans une réalité miniature, où tout est pareil que dans le monde réel, en plus oppressant.

Voir le profil complet de Kenedor



Kenedor est aussi animateur sur :

  • WebMedieval (Kenedor)


(c) TourDeJeu 2000-2022